Mashrou3 Leila
     
 
 
Produced by
Buzz Productions

Follow us on

Follow byblosfestival on Twitter

Intagram

YouTube

EyEm

 

 


 

Il y a près de 7000 ans, au cours du Néolithique, des pêcheurs avaient fondé au bord de la mer un petit village dont on peut voir encore quelques vestiges: des sols de cabanes monocellulaires recouverts d'un enduit de chaux. Ces habitats primitifs ont livrés une grande quantité d'outils et d'armes de silex datant de cette époque.

Ce mode de vie se poursuit au cours du Chalcolithique (4000-3000 av. J.-C.) avec cependant de nouvelles pratiques funéraires consistant à enterrer les défunts dans de grandes jarres, accompagnés d'un modeste mobilier funéraire.

Aux alentours de 3000 av. J.-C., Byblos connaît un bel essor grâce au commerce florissant du bois qu'elle exporte en Méditerranée Orientale et plus particulièrement en Egypte. A cette époque, les pharaons de l'Ancien Empire recherchaient le bois pour leurs constructions navales autant que pour leurs rites funéraires. En contrepartie, ils envoyaient à Byblos des objets en or et en albâtre, des rouleaux de papyrus et des tissus de lin. Ainsi débutait pour Byblos une période de grande prospérité et d'intense activité commerciale.

Quelques siècles plus tard, la ville fut la proie d'une invasion des Armorites qui l'incendièrent. Mais une fois installés, ceux-ci reconstruisirent la cité et rétablirent le commerce avec l'Egypte. C'est d'ailleurs de cette époque que datent les tombes royales de Byblos qui montrent, à travers leur riche contenu, le regain de prospérité de la ville.

Autour de 1200 av. J.-C., une vague de ce qu'il est convenu d'appeler Les Peuples de la Mer se répand en Méditerranée Orientale et certains groupes d'entre eux s'établissent sur la côte méridionale du pays de Canaan. Ce sont ces nouveaux venus qui ont probablement inculqué leur savoir marin aux populations de ce qui sera un jour la Phénicie.

Entre-temps, les scribes de Byblos développèrent un nouveau système d'écriture, l'alphabet phonétique. L'une des plus anciennes inscriptions utilisant cet alphabet est celle qui fut gravée sur le sarcophage du roi Ahiram de Byblos, aujourd'hui au Musée National de Beyrouth. Au cours des 9è -8è siècles, ce système fut introduit en Grèce et devint, par le biais du grec puis du latin, l'ancêtre de tous les alphabets modernes.

Au cours du Ier millénaire, et malgré les harcèlements des Assyriens, Babyloniens et Perses, Byblos continua de tirer profit de son commerce. De l'époque perse (550-330 av. J.-C.), la ville conserve encore à proximité de ses murailles du Bronze Ancien les restes d'une forteresse qui témoigne de son importance stratégique et de sa place dans le système défensif perse en Méditerranée Orientale.

Après la conquête d'Alexandre le Grand, au cours de l'époque hellénistique (330-64 av.J.C.), Byblos fut rapidement hellénisée. La culture et la langue grecque y devinrent, comme partout ailleurs, la culture et la langue de l'intelligentsia autochtone, et ce bien au-delà de la conquête romaine.

Au cours du 1er siècle avant l'ère chrétienne, les Romains, sous le commandement de Pompée, occupent la côte phénicienne. Cette occupation devait durer plus de quatre siècles et demi (64 av.-395 ap. J.-C.). Byblos, durant cette époque, devait 'tre dotée de temples, de thermes, d'édifices publics et de tout un réseau de routes à portique.

De l'époque byzantine (395-637 ap. J.-C.), il reste malheureusement peu de vestiges, à moins que les monuments qui avaient embelli la ville au cours de cette époque n'aient servi de carrières au cours des époques ultérieures.

Sous la domination arabe, après 637, Byblos-Jbeil semble avoir été une petite cité paisible dont l'importance devait aller en décroissant jusqu'au début du XIIè siècle, époque au cours de laquelle elle tombe aux mains des Croisés.

Occupée en 1104, Byblos-Giblet devint en 1109 un fief héréditaire du Comté de Tripoli, administré par des seigneurs génois de la famille des Embriaci. Elle fut dotée d'une puissante forteresse, construite avec des matériaux souvent empruntés aux contructions antiques de la ville.

Après le départ des Croisés, Jbeil redevint sous les Mamluks, puis sous les Ottomans une petite bourgade, presque dépeuplée, et ses vestiges antiques se recouvrirent peu à peu de poussières.

En 1860, Ernest Renan y effectue quelques prospections dont les importants résultats devaient être confirmés par les fouilles effectuées en 1921-1924 par l'égyptologue Pierre Montet, notamment sur le plan des relations entre Byblos et l'Egypte. En 1925, Maurice Dunand devait reprendre les travaux et poursuivre, jusqu'en 1975, le dégagement de la plus grande partie du site.

Pour goûter au charme de Byblos, Ville moderne au cœur ancien, il est nécessaire de s'aventurer dans ses vieilles ruelles. Vous y découvrirez l'hospitalité des habitants, prêts à vous inviter à mieux connaître leur ville et à vous faire découvrir ses secrets.

 

 
   
© Byblos International Festival 2016 | Webdesign: Karine Zablit for Mind the gap